Dans quelle ville :

Église Saint-Pierre de Marols dans la Loire

Patrimoine classé Patrimoine religieux Eglise Eglise romane

Église Saint-Pierre de Marols

  • Le Bourg 
  • 42560 Marols

Origine et histoire de l'Église Saint-Pierre

Signifiant grande clairière (celt.maros, lat. magnus : grand ; celt .ialo : clairière), Marols s'est développé au Moyen-âge grâce à sa situation privilégiée à proximité d'une ancienne voie militaire romaine, la Voie Bolène qui reliait Lyon à Toulouse en passant par Feurs, itinéraire encore utilisé au Moyen-âge par les marchands et pèlerins se dirigeant vers le Puy et Saint-Jacques-de-Compostelle.

Riche de bois, de terres agricoles, de pâtures et d'hommes, le site de Marols sera choisi par les moines bénédictins de Saint-Romain-le-Puy dépendants de l'abbaye d'Ainay, pour y édifier un petit prieuré au XII° siècle. Le prieuré de Marols est modeste. Les moines sont occupés à valoriser les terres agricoles et à prier pour le salut des hommes. Après une période de prospérité, le déclin s'annonce à partir des années 1280.

La suite, marquée par la propagation de la Peste Noire et par les fléaux occasionnés par la guerre de Cent Ans, plonge Marols dans une période sombre, faite de famines, d'épidémies et d'insécurité.

Une première chapelle, de taille très modeste, à nef unique et de style roman, sert de lieu religieux, animé par un chapelain et peut-être un ou deux moines. Le rôle de ce petit prieuré est essentiellement tourné vers la valorisation des ressources agricoles et vers une vie religieuse simple. Le village commence dès lors à se développer.

Au XV° siècle, les moines bénédictins de l'abbaye d'Ainay laissent la place aux chanoines de Saint-Just de Lyon, un ordre religieux noble dont l'exercice de la suprématie mécontente les habitants de Marols. Au XVI° siècle, pendant les guerres de Religion, les troupes protestantes dirigées par le baron des Adrets ravagent et incendient les maisons du village.

Description

D'origine romane (XII° siècle), l'église a été agrandie aux XV°, XVI° et XVIII° siècles principalement. Des travaux de restauration ont été achevés en 1973. On y pénètre par un portail
très sobre rajouté à l'église au XVI° siècle.

L'intérieur de l'église est harmonieux malgré les différentes périodes de construction. Une tribune surmonte l'entrée.

Les principales curiosités à remarquer sont deux chapiteaux romans, reposant sur des colonnettes, situées de chaque côté du choeur. Les sculptures représentent des personnages qui ne sont pas encore exactement identifiés. Peut-être sont-ils des pasteurs d'un côté, et le Christ de l'autre. Ils appartiennent sans doute à la première église romane.

A l'intérieur, la nef centrale montre différentes étapes de construction : les voûtes en plein cintre, les plus anciennes, laissent place aux voûtes d'ogives employées dans la première travée et dans les chapelles latérales. De nombreux mélanges entre le roman et le gothique, au niveau des murs et des piliers témoignent des multiples travaux de reprise de l'édifice.

Le choeur, très simple, est aménagé sous la tour de défense. Il est séparé de la nef par une poutre de gloire en fer forgé portant le Christ en croix.

Des détails décoratifs des XVI° et XVII° siècles (têtes de personnages, rosace enguirlandée de feuillages....) montrent que les artisans de l'époque se sont détachés définitivement du modèle médiéval.

Sur le sol, plusieurs pierres tombales rappellent que l'on pouvait s'acheter une sépulture dans l'espace sacré de l'église, plutôt que de se faire enterrer dans le cimetière extérieur.

Conditions de visite

  • Ouvert toute l'année
  • Période de construction

  • 12ème siècle
  • 14ème siècle
  • 15ème siècle
  • 16ème siècle
  • Voir également
    Toutes les églises classées de France
    Photo de labrosse Votre guide 1 : Marie-Laure LABROSSE
    Guide conférencière à Lyon
    Dynamique et créative, je suis très investie professionnellement.

    Après avoir longtemps travaillé sur le territoire qui m'a vu grandir (la Loire), je suis désormais majoritairement active sur le Lyonnais, tant auprès de mes employeurs qu'au sein de l'association GRENAT dont je suis membre du comité d'administration et qui oeuvre pour une meilleure reconnaissance du métier de guide conférencier.

    Visites de monastères, de châteaux? Découverte d'un musée? Murder party patrimoniale et urbaine? Randonnée commentée en pleine nature? Atelier créatif? Pour toutes ces activités et bien d'autres, je suis ravie d'accueillir les visiteurs et de partager ma bonne humeur avec eux!!
  • marielaure.labrosse@gmail.com